Si mon peuple

“Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des Cieux, et je guérirai son pays.”  2 Chroniques 7 v 14
 S i vous tapez l’expression « lignes de prière » ou tout simplement le mot « prière », vous trouverez des centaines de milliers de liens qui vous dirigent vers ces ministères dont le but principal est de prier pour et avec les gens. Il semble qu’ils obéissent tout simplement à cette exhortation de l’Apôtre Paul qui dit : « Priez sans cesse » (1 Thessaloniciens 5 v 17).

Vous et moi, en tant que chrétiens, nous reconnaissons l’importance de la prière dans le cheminement de tout disciple de Jésus.

En effet, il est impossible de croitre sans entretenir cette relation particulière avec notre Dieu à travers la prière. La déclaration faite par E. G. White est tout à fait juste : « La prière est la respiration de l’âme. »

Donc, l’âme qui ne prie pas est morte.

En voyant le foisonnement de ces ministères consacrés à la prière, nous pensons que l’église doit être réellement vivante.
Pourtant, des fois nous rencontrons des chrétiens qui prient beaucoup, mais dont la vie ne révèle pas de changements significatifs. Pourquoi? La réputation de la prière est-elle surfaite? Si oui, ce n’est pas nécessaire de passer beaucoup de temps dans la prière.
Cependant, en lisant les biographies des patriarches bibliques, des réformateurs et les miracles accomplis en leur faveur en réponse à leur prière, nous devons admettre que l’invitation à prier doit être très importante.

Alors, qu’est-ce qui se passe?

Au lieu d’expliquer la façon dont il faut prier, les types de prière et toute l’argumentation qui viendrait avec ce sujet, je voudrais attirer votre attention sur les trois premiers mots du verset cité plus haut : « Si mon peuple. »
2chroniques 7v14Souvent, nous nous attardons sur le fait de prier, mais pas sur la personne qui prie.
Dieu dit bien si mon peuple, ce n’est pas si tout le monde, si tous les habitants de la terre, si mes ennemis, si ceux qui refusent de m’obéir prient. Non. Si mon peuple.
Pour Dieu donc, l’importance ne réside pas d’abord dans l’acte de prier, mais d’abord qui prie. Il le déclare à qui veut l’entendre : j’entretiens une relation particulière avec un groupe de gens spécifiques, mon peuple, mes enfants.
Alors, la question se pose : tous ceux qui prient sont-ils enfants de Dieu? Si oui, toutes les promesses contenues dans ce verset se réaliseront.
Quand nous sommes découragés ou quand nous voulons présenter notre requête au-devant du trône de grâce, appuyons-nous sur ce passage pour raviver notre foi.

Prions, prions beaucoup.

Prions souvent.

Mais demandons-nous aussi si nous faisons partie du peuple de Dieu.

 

Que fais-tu ici?

 « Et là, il entra dans la caverne, et il y passa la nuit. Et voici, la parole de l’Éternel lui fut adressée, en ces mots : Que fais-tu ici, Élie? » 1 Rois 19 : 9

 Élie, un prophète pas comme les autres

 L’histoire d’Élie dans l’Ancien Testament est bien connue (1 Rois 18, 19, 21).
  • C’est le prophète qui a annoncé la sécheresse au roi Achab.
  • Il a vécu d’un peu d’huile et de farine d’une veuve de Sarepta pendant un certain temps.
  • Il a ressuscité l’enfant de cette veuve.
  • Après une prière, le feu est tombé du ciel pour consommer son holocauste alors que les prophètes païens et le peuple d’Israël restèrent ébahis devant la manifestation de la puissance divine.

Des prodiges, encore des prodiges

Il semble que la vie d’Élie était faite de miracles permanents. Un homme dirigé par Dieu. En effet, dans chaque épisode relaté dans la Bible, on découvre la complicité qui existait entre lui et Dieu. L’Éternel lui disait d’aller quelque part, il y allait. Il priait, Dieu lui répondait.

Pourtant, il y a eu un moment de sa vie où il a décidé seul.

Rappelez-vous, après la réponse spectaculaire de Dieu sur la montagne du Carmel (1 Rois 19), la mort des 850 faux prophètes au torrent de Kison, Élie reçut de Dieu la force physique pour courir, sous une pluie battante, devant le roi Achab jusqu’à l’entrée de Jizreel pour lui montrer le chemin. Mais, ce grand homme va perdre sa foi à la menace de mort apportée par le messager de la reine Jézabel, femme d’Achab. En effet, cette dernière a juré de le tuer et Élie prit peur et s’enfuit. Il n’a pas pris le temps d’invoquer Dieu, de lui demander son opinion. Il ne lui réclama qu’une chose : la mort.
Dieu lui a répondu différemment, bien sûr. Après lui avoir donné de la nourriture pour le fortifier, car il allait marcher 40 jours et 40 nuits jusqu’à Horeb, Dieu lui posa une question cruciale dans la caverne : Que fais-tu ici, Élie? C’est-à-dire, est-ce moi qui t’ai envoyé? T’ai-je dit de t’enfuir? Pourquoi as-tu pris cette décision seul?

Que fais-tu ici?

Il semble être l’éternelle question de Dieu à l’homme quand il s’égare. Que fais-tu ici, dans cet emploi? Dans cette soirée? Dans cette relation destructrice? Dans cette maison? Que fais-tu ici, rongé par la peur et le désespoir? Il faut remarquer que Dieu n’a pas empêché Élie de s’enfuir. De même, il ne nous empêchera pas de prendre certaines mauvaises décisions.
Toutefois, il nous aime trop pour nous abandonner dans notre triste situation. Quand il nous pose une question, c’est pour se reconnecter avec nous et nous aider à retrouver le meilleur chemin.
« Que fais-tu ici? » Répondons à cette question pour reprendre notre cheminement avec Dieu et connaître ses plans en notre faveur.

« Car je connais les projets que j’ai formés sur vous, dit l’Éternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l’espérance. » Jérémie 29 : 11

Tu es …

Il est intéressant de constater que dans la Bible, tous les genres de textes se côtoient dans une parfaite  harmonie.

En la lisant, vous trouverez des histoires, des proverbes, des conseils, des poésies, des chants, etc. C’est ce qui fait sans doute sa richesse.

Je me suis toujours intéressée aux mots, à leur message, leur sonorité, leur signification, leur puissance, leur pouvoir. Ce n’est donc pas étonnant que le livre Cantiques des cantiques figure parmi mes préférés. Cette histoire enflamme l’imagination si on la médite. Elle renferme des déclarations d’amour incomparables.
Puisque l’amour est un sujet de tous les temps,  je vous invite à consacrer un peu de temps à ce livre. De gracieuses paroles vous réjouiront le coeur. Entre temps, lisez ce texte  et partagez-le. Pourquoi pas?
Tu es
Sais-tu ce que tu es pour moi ?
Mon cœur regorge de mots
Que toi seul tu peux entendre
Sans en rougir.
Tu es le seul,
L’unique.
Tu es et tu seras…
Je t’envie.
Je voudrais être pour quelqu’un
Ce que tu es pour moi.
Je voudrais me réveiller en pensant
Que quelque part, quelqu’un
Dans le vaste univers à moi pense
Comme moi je pense à toi.
Je prendrais alors la vie à bras-le-corps.
Je partirais en croisade pour sauver
Tous les cœurs endommagés, meurtris.
Je les embrasserais.
Je les guérirais.
Je recollerais leur âme déchirée
Avec la seule force que me donnerait
La pensée que l’on pense à moi
Comme à toi je pense…
Jacqueline Emile
“Qu’il me baise des baisers de sa bouche!
Car ton amour vaut mieux que le vin,
Tes parfums ont une odeur suave;
Ton nom est un parfum qui se répand;
C’est pourquoi les jeunes filles t’aiment.”
 
Cantique des cantiques 1 v 1 – 3 

Parce que tu m’as donné la main…

[dropcap type=”square “] U [/dropcap]n ami est un don précieux.

Un vieux proverbe français déclare: “Ami de chacun, ami d’aucun”. Je suis d’accord.
En effet,  étant donné l’engagement et le temps que requièrent le développement d’une bonne amitié, il est difficile d’entretenir ce type de relation avec tout le monde.

Combien de très bons amis est-ce que tu as?

Parce que tu m’as donné la main
Au détour du long chemin solitaire
Que longtemps j’ai longé,
Je t’ai rencontré.
Parce que tu m’as donné la main
Et que mon cœur a répondu au tien,
Une route à travers la solitude du désert
Nous avons frayé.
Les champs pleins de blé et de mais,
Au mois de la cueillette
Regorgeront les greniers de moût.
Une grande fête nous rassemblera :
Toi, moi et les autres.
Parce que tu m’as donné la main
Et que sur tes lèvres
J’ai vu la lumière,
Ma solitude, mon angoisse
Tout s’est évanoui.
Le soleil sur mon chemin s’est levé.
Jacqueline Emile
L’ami aime en tout temps et dans le malheur, il se montre un frère.
Bible, Proverbe 17 v 17